Et si le business que vous engendrez profitait à tous ?

C’est la réflexion et la vision que porte le très inspirant professeur R.Edward Freeman, de l’université de Virginie aux Etats-Unis.
J’ai adoré suivre son MOOC « News Models of business in Society » sur Coursera. Au sein de ce cours, il aborde des notions sur la creation de valeur, la conscience capitaliste et les nouveaux modèles de pensées du business.
A l’intérieur, un concept a retenu mon attention : No Trade Off Principles

 

Profit partagé, profit distribué

L’objectif derrière le concept du No Trade Off Principles est que toute création de valeur (de richesse) doit se faire au profit de l’ensemble des parties prenantes (clients, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, Société, Etat…). Autrement dit, la création de valeur ne doit pas se réaliser au détriment d’une des parties prenantes :

« We try to never trade off the interests of one versus the other ».

Cette vision, transformable en politique business, doit guider les choix de l’entrepreneur afin de créer les conditions d’un business durable et éthique.
Bien que l’objectif paraisse pour certains utopique voire ubuesque, le No Trade Of Principles est un leitmotiv permettant de remettre la valeur à sa place. Je m’explique : pour créer de la valeur auprès d’un client, il faut avoir une proposition forte. Si cette proposition joue seulement sur le prix car vous avez négocié un tarif au rabais à votre fournisseur, votre proposition de valeur pourra convenir au client sur le rapport qualité/prix (j’en ai pour mon argent) alors que votre fournisseur sera plutôt mécontent car il ne pourra espérer une durabilité de son propre business avec ce type de négociation (et il sera plus enclin à aller fournir la concurrence).

Le professeur Freeman argument le principe : si vous créez du profit pour vos actionnaires au détriment de vos employés, un déséquilibre se constituera : les employés useront donc des moyens syndicaux, légaux et politiques pour combler le déséquilibre.

L’économie de la vertu

A mon sens, le concept de No Trade Off Principles a de nombreuses vertus :
La première est qu’il permet de s’efforcer à créer une valeur « véritable », durable et partagée. Cette valeur ne peut être positionnée que sur le prix. Elle doit s’émanciper de la domination du marché par les coûts pour apporter une plus value différenciante. c’est un garde fou contre la valeur artificielle ou spéculative n’affichant aucune vitalité à long terme.

La seconde est que cette approche est éminemment collaborative. Si je veux créer de la valeur (partagée par toutes les parties prenantes), je dois co-créer avec ces parties prenantes les conditions favorables. Seul, on va vite. Ensemble, on va loin.

Les processus de crowdsourcing, co-creation, d’open innovation ont pour qualités d’intégrer les parties prenantes afin de définir ensemble la meilleure proposition de valeur.

Le professeur parle d’ailleurs d’interconnections entre les parties prenantes, pré-requis au déploiement de ce concept. L’interconnexion se base sur le fait que les intérêts finaux des parties prenantes se rejoignent, il faut donc créer les conditions pour satisfaire les parties prenantes de manière simultanée.
Au cœur des discussions finales de la #COP21 dessinant les contours de l’économie durable, le concept de Trade Off doit guider actions et initiatives afin de créer de la valeur sans créer de déséquilibre. Il y a du pain sur la planche !